Amour à distance

2X19      Les fantômes de nos baisers me hantent. Latente est la tension de nos âmes sevrées. Le soleil se lève chaque matin et avec lui, le déchirement. Toujours, un soupir s’échappe de mes lèvres comme le moyen de surmonter ton absence. Parfois, le réveil est plus difficile parce que le décompte des jours qui nous séparent trottent dans ma tête. Comme un écho, ton ombre me poursuit au quotidien et même si j’essaye de t’éloigner de mon esprit, mon amour te ramène toujours vers moi.

    Il m’arrive de t’en vouloir. Quelque fois, je me demande si je te déteste, de t’être immiscer dans ma tête et dans mon cœur. Toi-même tu le disais fièrement : tu briseras mes barrières pour venir découvrir ce qui s’y cache, me conquérir. Tu as réussi à me faire succomber, mais je ne pouvais qu’être conquise par celui qui se tenait devant moi, si merveilleux, comme tombé du ciel parce que tu es tout ce que j’aime et que je convoite. Aussi, tu es le premier à m’avoir aimée : oui, tu es le premier homme à m’avoir aimée et montrée ce sentiment si sublime qu’est l’amour.

    Il n’existe pas plus grande torture que te regarder t’éloigner alors que tu es juste devant moi. Alors, je t’en veux : tu n’as pas le droit de lâcher prise, tu dois te battre pour nous. Chaque jour séparés l’un de l’autre que je gaspille à penser à toi pourrait être des jours où tu serais là.

Rapprochons nous s’il te plaît, que nous puissions nous aimer.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s