Rupture.

Écoute **.142x2841

Ce (long) texte sera différent du tien que j’ai lu et relu, sans comprendre. J’aurais aimé te dire les choses en face puisque tu n’as pas eu le courage de le faire toi-même. Mais je n’ai pas envie d’attendre comme tu m’as fait attendre la vérité.

Nous avons vécu dans un mensonge, dis-tu. Moi j’ai vécu mon amour, j’ai éprouvé la plus belle des émotions, j’ai vécu l’une des plus belles expériences de ma vie. Je ne saurai sans doute jamais quand est-ce qu’est né ton mensonge. Je ne pourrais jamais savoir ce qui était vrai, ou non. Tu prétends m’avoir aimée, soit. Ce n’était peut-être que quelques mois, peut-être un an ou moins. Qu’importe. Moi je sais que malgré les épreuves que nous avons traversées, je t’ai toujours aimé alors même que j’ai envisagé de te laisser partir. Tu t’éloignais déjà de moi et pourtant, j’ai lutté. L’amour ne disparaît que si on le laisse s’évanouir, tu sais. J’ai pris les braises qui restaient et je les ai allumées une seconde fois. Je les ai chéries parce que quand j’aime, je ne fuies pas ; quand j’aime, je n’abandonne pas ; quand j’aime, je lutte pour garder cette source de lumière qui illumine ma vie.

Si tu penses que je vais te haïr, c’est que tu ne m’as jamais véritablement connue et par tes choix, tu ne me connaîtras jamais. Qu’importe, tu feras partie de ceux qui ont traversé ma vie et qui ne m’auront pas estimée à ma juste valeur.

Certes, tu m’as vue grandir. Tu m’as tendu la main et tu m’as montré la voie qui m’était encore impossible à percevoir. J’ai évolué de la plus belle façon et qu’importe ce que je pourrais désormais penser de toi, je ne peux nier que tu feras partie de ceux qui l’ont rendu possible.

Tu as choisi de ne plus faire partie de ma vie. Tu as fait des choix qui t’ont mené là où tu es désormais. Je crois que ce qui me rend triste, ce n’est pas d’avoir perdu notre relation. Ce qui m’attriste, c’est de voir que ta propre aversion est devenu ta prison.

La seule chose que je peux me reprocher, c’est d’avoir cru que notre amour serait invincible. Si je suis déçue de moi, ce ne sera que parce que j’ai échoué à une seule chose : te transmettre de l’amour. Je crois que la personne qui va le plus souffrir de tout cela, ce n’est peut-être pas moi. Le mensonge, la culpabilité, la trahison, ce n’est pas moi qui vais les porter. Ce n’est pas moi, non plus, qui devrais me regarder dans le miroir et assumer d’être devenue ce que je hais le plus.

Je connais déjà ça, dis-tu, lorsque tu évoques le mensonge et cette relation dans lesquels tu nous as plongés. Effectivement, on m’a brisée dès la plus tendre enfance ; on a massacré mon âme jusqu’à ce que je pense ne pas mériter d’être aimée. Oui, tu as raison : je connais toutes ces choses et je ne pensais pas que tu ferais partie de ces personnes-là. Mais tu es également le premier homme à m’avoir aimée, que j’ai aimé. Tu m’as appris quelque chose de fondamental que tu ne sembles pas connaître toi-même : s’aimer.

J’écris ainsi ces dernières lignes avec le cœur léger parce que je m’en vais la tête haute. Ta souffrance irradie bien plus que la mienne, finalement. Ne pas s’aimer soi-même et ne pas savoir aimer est douloureux, c’est vrai. Se perdre dans notre relation pour se perdre dans une autre sera peut-être ton propre châtiment. Il faut se battre chaque jour pour s’en sentir légitime, tenir à quelqu’un ne sera jamais suffisant.

Tu aurais pu rendre hommage à notre amour. Tu aurais pu te respecter, me respecter, nous respecter. Tu as préféré m’emprisonner au lieu de m’accorder la liberté dès que tu l’as senti vaciller. Tant de fois je t’ai laissé le choix, tant de fois tu m’as refusé l’opportunité. Tu as préféré vivre seul, prendre plutôt que donner.

Et même si tu abandonnes notre relation, je ne serai plus jamais seule. J’ai rencontré des personnes qui seront là, longtemps, dans mon cœur et qui affronteront la vie avec moi. La solitude et l’abandon ne me feront plus jamais peur.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s